« Je ne suis pas un nihiliste, il y a eu des pas qui ont été franchis par les actuels maires des trois communes et celui de la ville mon frère Talla Sylla. Mais il faut oser dire que les choses n’ont pas du tout changé.

post « Thiès, est devenue la capitale de la mendicité » Les élections municipales, reportées en 2019, devraient se tenir en 2021. Pour cette raison, des responsables se bousculent aux portes des différentes communes de la ville de Thiès. Parmi ces postulants, figue le greffier Me Ousmane Diagne qui a fait une déclaration signifiant vouloir briguer le suffrage des populations de la commune de Thiès-Est. Dans un entretien accordé à votre site préféré Actuthies, il parle de son parcours politique. Il a d’abord milité au Pds avec Idrissa Seck et dirigé l’instance syndicale des étudiants libéraux de l’Ucad. « Mais avec les dernières élection de 2014, j’ai rejoint un vaste mouvement citoyen politique dénommé Ande Ligueyeul Thiès. Par ailleurs, lorsque nous avions participé aux élections municipales de 2014, nous avions récolté beaucoup de sièges. Ce qui nous a valu d’être conseiller à la mairie de Thiès-Est et de la ville de Thiès ».

Juste un rappel pour Me Ousmane Diagne qui veut prouver à la face des Thiessois qu’il a toujours servi la bonne cause par des actes citoyens. Le greffier politicien est revenu justifier son ambition de devenir maire. « Je ne suis pas un nihiliste, il y a eu des pas qui ont été franchis par les actuels maires des trois communes et celui de la ville mon frère Talla Sylla. Mais il faut oser dire que les choses n’ont pas du tout changé. Parce que si on prend l’exemple des communes comme la Médina, Plateau, et Sacré-Cœur, vous constaterez que Thiès a accusé un grand retard sur plusieurs plans, particulièrement en terme d’infrastructures et d’industries ». Selon lui, il doit y avoir un changement radical pour faire de Thiès une ville attrayante et très bien équipée.

« D’ailleurs, avec les dernières inondations, Thiès est entrain de souffrir du manque d’ouvrages capables de drainer ces eaux de pluies. Le maire doit avoir la capacité et l’audace d’interpeller l’Etat sur ces questions pour une solution idoine. Seules les entreprises de café Touba, et de Jakarta semblent être le réceptacle de nombreux jeunes qui aspirent à un emploi. A une époque récente, Thiès vivait grâce à la régie du chemin de fer, la Nsts, et la Senbus, etc… ». Me Diagne dira que la nouvelle ville de Diamniadio, avait sa place à Thiès, « mais Idrissa Seck, et le président Macky Sall ne partagent pas la même vision, alors que cette politique partisane doit cesser », a-t-il confié.

Me Ousmane Diagne, très sûr de lui, ajoutera que si on lui confierait la mairie de Thiès-Est, il ferait le nécessaire. Sur l’environnement, Me Diagne dit avoir interpellé le maire de la ville Talla Sylla, « pour que les daaras soient organisés, surtout que Thiès semble devenir la capitale de la mendicité. N’oublions pas que le Sénégal est signataire de la convention des Nations Unies dans cette lutte contre le travail des enfants ! D’autre part, faites le tour dans la décharge d’ordures sise derrière le lycée Amary Ndack Seck et vous verrez que ce sont les enfants talibés dont la tranche d’âge tourne entre 9 et 15 ans qui y déversent les ordures avec des charrettes d’ânes appartenant à leurs maîtres coraniques ».

Il dit interpeller le préfet de Thiès sur cette question, avant de noter que le point de vente de bétail qui se trouve à Hersent doit être déplacé et cet espace embelli pour permettre un cadre de vie adéquat. « Thiès, doit changer et je sais que nous sommes capables d'apporter ce changement », a-t-il souligné, avant de remercier tous les cadres et responsables de leur mouvement citoyen et insister sur les mesures barrières édictées par les personnels de Santé. « Je profite de cette tribune pour féliciter le président Macky Sall et le ministre de la santé qui ont mouillé le maillot dans la gestion de la pandémie ».

post

« Je ne suis pas un nihiliste, il y a eu des pas qui ont été franchis par les actuels maires des trois communes et celui de la ville mon frère Talla Sylla. Mais il faut oser dire que les choses n’ont

Le partage de l'info