Airbus (AIB, Toulouse Blagnac ) est en tête pour remporter un contrat d'environ 5,3 milliards de dollars.

post Airbus (AIB, Toulouse Blagnac ) est en tête pour remporter un contrat d'environ 5,3 milliards de dollars, remises incluses, pour la fourniture de 81 avions de nouvelle génération à l'entreprise publique relancée Alitalia (AZ, Rome Fiumicino ) sur une période de quatre (4) ans.

Cependant, les dirigeants de newco ITA - Italia Trasporto Aereo (AZ, Rome Fiumicino ) n'ont pas encore pris de décision définitive et sont également en pourparlers avec Boeing (BOE, Chicago O'Hare ), ont indiqué des sources anonymes proches du dossier. Le principal obstacle à un accord avec Toulouse pourrait en effet être une contre-proposition du constructeur américain - un package « inédit » avec des avions réduits de 60 à 70 %, une maintenance garantie pendant une période « adéquate » et une gratuité de formation des pilotes.

Après la phase de démarrage des opérations, dans laquelle seront utilisés les appareils que l'« ancienne » Alitalia exploite actuellement, le renouvellement de la flotte se concentrera sur la location et non sur les achats tant l'agenda de livraison est dense. Airbus et Boeing ont refusé de commenter la question.

Comme indiqué précédemment , l'ITA prévoit de démarrer ses services le 15 octobre et fera une offre dans le cadre d'un appel d'offres public pour la marque Alitalia plutôt que de simplement en hériter, l'une des exigences de la Commission européenne pour l'accord.
La newco entend initialement voler avec 52 appareils, tous ou presque issus de la flotte actuelle d'Alitalia et faisant l'objet de négociations en cours avec la commission dans le cadre de la poursuite de la branche aviation de la compagnie nationale. Les discussions sur ces détails n'ont pas encore commencé et devraient être délicates car un certain nombre d'avions devront subir des périodes de maintenance obligatoire.

L'ITA a déclaré que l'introduction d'avions de nouvelle génération devrait commencer à partir de 2022, remplaçant progressivement les équipements plus anciens. D'ici 2025, il portera sa flotte à 105, dont 81 de dernière génération. Pour « éliminer la complexité et les inefficacités découlant de l'exploitation d'avions de différents constructeurs », ITA prévoit de « converger vers un seul partenaire stratégique » au cours de la période de son plan industriel.

Actuellement, en court et moyen-courrier, la flotte d'Alitalia est entièrement composée d'Airbus - dix-neuf (19) A319-100, trente-huit (38) A320-200 et cinq (5) A321-100. Cela exclut les dix (10) E175 et les cinq (5) ERJ 190-100LR de sa division régionale Alitalia CityLiner (CT, Rome Fiumicino ), qui devraient être abandonnées lors de la restructuration. Dans son lucratif segment long-courrier, cependant, la moitié de la flotte est composée d'Airbus (onze A330-200 s) et l'autre moitié de Boeing (onze B777-200(ER) s et un B777-300(ER) ).

Cependant, il faudrait théoriquement trop de temps aux pilotes pour passer de la famille A320 au B737 MAX. Stratégiquement, ont-ils ajouté, pour les destinations plus éloignées, les gros-porteurs Airbus à deux (2) couloirs conviennent mieux au réseau de routes d'Alitalia que l'équivalent de Boeing. La nouvelle flotte pourrait comprendre une douzaine (12) d' A220-300 , quarante (40) A320neo, cinq (5) A321neo et vingt-trois (23) A330neo et/ou A350, loués via AerCap ou AirLease International . Mais Boeing continuera à se battre.

post

L'ITA a déclaré que l'introduction d'avions de nouvelle génération devrait commencer à partir de 2022, remplaçant progressivement les équipements plus anciens

LA BATAILLE ENTRE BOEING ET AIRBUS