Si le président de la république fixe la date des élections locales pour le 25 mars 2021 la coalition Idy 2019 serait-elle prête.

post Dans ce cadre actuel de la gestion des municipalités, même si le Rewmi est majoritaire, le problème de crédibilité va se poser. Avec la maturité politique des Thiessois, la nouvelle donne impose un changement au niveau des têtes de liste, d’autant que les militants de Thiès vont être très exigeants. La coalition Idy 2019 va exiger des personnes crédibles dans les listes pour pouvoir conserver la base d’Idrissa Seck avec un bon score.

A mon humble avis, entre les locales de 2021 et la présidentielle de 2024, il faudra une très bonne équipe capable de véhiculer une bonne politique en faveur du président Idrissa Seck. Il va falloir être exclusivement au service des Thiessois qui ne cessent d’exiger une transparence dans la gestion des affaires de la cité, revoir la base au niveau des communes et dérouler un programme visant à maintenir le département de Thiès et les trois communes de la ville de Thiès dans l’escarcelle du Parti Rewmi, mais aussi une massification permanente en vue de courtiser les primo votants. Il nous faut des responsables politiques très sociaux, surtout dans les trois communes et la mairie de ville pour qu’elles puissent occuper le terrain politique en vue de préparer les élections présidentielles pour Idrissa Seck.

Nous avons dans notre viseur de jeunes intellectuels au sein des différentes communes. Notamment à l’Est, où il y'a des prétendants comme le premier adjoint de Pape Bassirou Diop, Cheikh Lô, Bocoum de Hersent, Ali Tounkara de Cité Lamy, Saer Mangane de Dar Salam, Sankharé de Bayal Khoudiabane, ect. Dans ce vaste bastion du Rewmi, je pense que le maire Pape Diop doit songer à quitter par éthique et laisser la place aux jeunes générations. Pour la commune de Thiès-Nord, on a moins de problème avec le maire Lamine Diallo qui veut rempiler. Il y a aussi des gens qui murmurent le nom d’Omar Nguala Ciss de par son ancienneté et sa fidélité à Idrissa Seck. Nous avons aussi Cheikh Gaye responsable des jeunes qui n’a pas encore affiché son ambition.

Dans la commune de Thiès-Ouest, avec les gros calibres du pouvoir et de l’opposition, il y a un sérieux problème avec les départs des cerveaux du Parti. Je citer Maïmouna Dieng, Papis Ndoye etc… et beaucoup d'absents sur le terrain, dont Pape Samba Diop, Bineta Bass et j’en passe. Le vice-président du conseil départemental de Thiès, Yankhoba Diattara milite à la commune de Thiès-Ouest, mais serait-il candidat ? Est ce qu'il n'est pas intéressé par la ville comme Alassane Ndiaye ancien maire de Thiès-Nord, Ibrahima Bâ, ou bien Saer Mangane. A l'Ouest, le maire sortant Alioune Sow serait-il candidat ? Il y a aussi l’ancien adjoint au maire Ousseynou Gueye (qui travaille dans l'ombre avec Makhfou Faye) qui affiche des ambitions discrètement. Mais certains Rewmistes le taxent de travailler pour Diattara.

Dans le populeux quartier de Grand Thiès les gens scandent le nom d’Ibou Bâ qu’ils veulent voir à la tête de la mairie de Thiès-Ouest, même s’il n’est pas plus ou moins en bons termes avec certains responsables. Les Thiessois disent qu’il est très, social, actif, généreux et un vrai combattant fidèle à Idy. Il fait l'unanimité dans les quartiers. Certains jeunes de grand Thiès avancent déjà qu’il peut faire l'affaire d’Idrissa Seck avant 2024, lequel aura fort à faire dans le choix des hommes. Et là, je pense qu’il faut aller aux primaires dans le Parti Rewmi. Sinon il y'aura des listes parallèles au sein du parti Rewmi. Ce qui sera pour le parti et la coalition Idy-2019, une bamboula


Un Responsable Du Parti Rewmi Fait Son Analyse

post

A l'Ouest, le maire sortant Alioune Sow serait-il candidat ? Il y a aussi l’ancien adjoint au maire Ousseynou Gueye (qui travaille dans l'ombre avec Makhfou Faye) qui affiche des ambitions...

Le partage de l'info