« Xibaaru Daara Yii », nous avons rendu visite au lycée d’enseignement technique et de formation professionnelle de Thiès « Mon Seigneur François Xavier Ndione »

Dans notre rubrique « Xibaaru Daara Yii », nous avons rendu visite au lycée d’enseignement technique et de formation professionnelle de Thiès « Mon Seigneur François Xavier Ndione » de Thiès où le proviseur, M. Daour Sène informe que son établissement renferme plus de 1 200 étudiants sous bonne garde grâce à une centaine de professeurs et un personnel dévoué. Située dans la commune de Thiès-Nord, le lycée fait partie désormais des outils de développement du Sénégal, de par sa position géographique et son implantation dans la première région minière du Sénégal ; mais également, la première région de pêche de par Mbour, Cayar, Fass-Boye.

Dans sa présentation M. Sène fait savoir que le lycée a été créé en 2006 sur cofinancement du Grand-Duché de Luxembourg et l’Etat du Sénégal, pour un montant estimé à plus de 8 000 000 000 de Fcfa. « Sa création intervient après des réformes intervenues dans le ministère de l’enseignement supérieur technique professionnel. Ce qui fait que le lycée est un modèle, un laboratoire pour les autres régions ». cependant estime-t-il, le lycée doit participer au développement de la région de Thiès. Aussi, après une étude sectorielle, il a été implanté ici avec tous les potentiels. S’agissant des filières, le proviseur précise un modèle qui prévaut dans toutes les filières de l’école.

« En filière structure métallique, nous formons les étudiants à la tuyauterie, à la construction d’escaliers d’usine et de machines agricoles comme les décortiqueuses des produits de l’industrie arachidière. Il y’a aussi la filière agriculture et ces éléments agri-élevage. Si nous avons créé une filière du froid, c’est parce que nous avons découvert que dans les ports et quais de pêche du Sénégal, il n’y avait pas de techniciens capables de maintenir les dispositifs de préservation du froid pour les produits de la pêche ».

Selon lui, d’autres filières sont aussi enseignées au lycée, notamment la maintenance industrielle, le génie civil, la maintenance véhicule moteur, etc. « Les filières sont orientées vers les potentiels des entreprises sur place, ce qui garantit l’employabilité de nos élevés dans les entreprises à la fin de leur formation. Pour dire qu’il y a eu sept élèves qui ont participé à la construction de l’autoroute Ila Touba. Aujourd’hui nous faisons les meilleurs résultats et qu’en créant ces filières, nous répondons aux besoins concrets de l’économie locale», soutient-il.

L'établissement est le premier du Sénégal à mettre en œuvre des formations fondées sur une approche par compétences (APC), afin de mieux les concilier aux attentes des entreprises et du marché de l’emploi. De l’avis de Saliou Sène, directeur du centre de formation professionnelle de Mont-Rolland, par ailleurs chargé de communication de la Table de concertation des chefs d’établissements de la formation professionnelle et technique publique de la région de Thiès, beaucoup de progrès ont été notés dans leur secteur. « D’où la nécessite pour nous, d’organiser un concours pour les 14 centres de formation professionnelle et technique et le lycée François Xavier Ndione qui composent la Table de concertation d’établissements de la formation professionnelle et technique publique de la région de Thiès ».

Il dira aussi que dans leur innovation majeure cette année, ils vont organiser des olympiades pour les élèves. « Une façon pour nous de promouvoir la formation professionnelle ». A l’en croire, les filières ciblées sont celles issues de l’économie familiale et des industrielles. Cette grande compétition aura lieu les 21, 22, et 23 juin prochain. « Il y aura des épreuves pratiques et théoriques et les meilleurs auront des médailles d’or, d’argent, et de bronze, tandis que leurs centres recevront une autre considération à leur égard. Ce qui va promouvoir davantage notre travail et faire impliquer davantage nos collectivités locales et nos partenaires », a-t-il soutenu.

post

Ce qui va promouvoir davantage notre travail et faire impliquer davantage nos collectivités locales et nos partenaires », a-t-il soutenu.

Le partage de l'info