« Le non inachèvement du canal de Keur Mame El hadj est la principale cause d’inondation », estiment les populations qui renvoient la balle à l’Etat

La ville de Thiès a renoué avec les inondations du fait des pluies tombées sur la ville hier et aujourd’hui, occasionnant des inondations qui ont engendré d’énormes dégâts. Selon certains experts, les trois communes sont situées dans une cuvette. Et les eaux de pluie qui viennent du plateau de Diass et d’Allou Kagne se déversent dans la cité du rail. Ils estiment aussi qu’avec la déforestation avancée et le changement climatique, la commune de Thiès-Nord ne cesse d’enregistrer d’énormes dégâts, parce qu’étant le réceptacle des eaux. « Un ouvrage de taille avait été arrêté depuis l’arrêt des chantiers de Thiès, Il s’agit du canal de Keur Mame Elhadj d’une largeur de quatre mètres pour une profondeur de deux mètres ».

Pour les habitants du quartier Nguinth, « c’est désolant de vivre le calvaire depuis une décennie. Les autorités étatiques ont promis de poursuivre les travaux mais n’ont fait ». P. Ng. Kébé, policier à la retraite confie que si les travaux avaient été faits comme le souhaitait le plan directeur d’assainissement, il n’y aurait pas de dégâts. « Nous sommes fatigués et lançons un cri du cœur aux autorités pour qu’elles se penchent sur la question », a-t-il expliqué. Pour sa part, un vieux notable du quartier le vieux du nom d’Amadou Sarr se dit « surtout que nous sommes responsables de cette situation. C’est pratiquement depuis 1976 que nous vivons des situations pareilles. Donc, II faut que l’Etat dégage les moyens pour permettre l’achèvement du canal ».

A Takhikao non loin du canal, le pire a été évité car la dalle d’une chambre est tombée, mais fort heureusement, les occupants sont sortis saint et sauf. Au quartier Keur Mame Elhadj, c’est le même scénario. Pour le président du comité de gestion du poste de santé, Ahmeth Guèye, toute la population de cette zone est fatiguée. « Il est temps que les maires de Thiès-Nord et de la ville de Thiès unissent leurs forces et surtout exiger la délocalisation du poste qui polarise quatre quartiers, à savoir ‘’ Nguinth, Thionakh, Thiapong et Nguinth Extension ». il s’est réjoui du soutien des populations pour l’évacuation des eaux pluviales. Pour sa part, le maire de la commune de Thiès-Nord, Lamine Diallo qui témoigne d’abord sa compassion aux sinistrés de sa commune. « Vous savez que l’assainissement n’est pas une compétence transférée et que tout qui est de notre ressort en période d’hivernage demeure le terrassement et le remblaiement ».

Selon lui, des opérations de curage des caniveaux sont menées annuellement pour permettre une bonne évacuation des eaux pluviales et cette année, il a été réhabilité le canal de Diakhao. « Il faut comprendre qu’Idrissa Seck, maire à l’époque, avait initié un plan directeur d’assainissement. Cependant, avec le blocage des chantiers de Thiès, le canal de Keur Mame E hadj n’a pas pu être achevé. C’est le lieu de demander aux autorités de penser à continuer les maisons de la cité « Taw Fékh » qui doit accueillir les 200 maisons de Nguinth. Il y a aussi la délocalisation du poste de santé de Nguinth qui pose réel problème. Nous sommes en train de faire tout notre possible pour soulager les populations, malgré la modicité de notre (400 millions Fcfa).

post

Pour Lamine Diallo, « c’est ahurissant d’entendre le président Macky Sall dire qu’ils ont injecté 750 milliards pour lutter contre les inondations. Si tel est le cas, qu’on nous apporter une solution

Le partage de l'info