« Nous ne pouvons pas décréter une grève à une semaine de la rentrée des classe », dixit Thierno Ciss.

Le combat est déclaré entre les commerçants et leur structure. Après un communiqué de l’Association des commerçants et industriels, lequel communiqué décrète une grève de 72 heures, à compter du lundi prochain, le président de l’antenne départementale de l’Unacois Jappo Thierno Ciss, par ailleurs délégué général du marché central de Thiès a tenu un point de presse pour annoncer ouvertement que ses camarades et lui se démarquent de la position de l’Acis. « Nous avons entendu à travers les rues de la ville des communiqués qui annoncent une grève des commerçants, nous demandant implicitement de baisser nos rideaux pendant trois jours. Le motif avancé serait que l’Etat a revu les taxes à la hausse », indique Thierno Ciss.

Selon toujours lui, ces augmentations n’arrangent pas les commerçants et les opérateurs économiques du pays. « Mais depuis lors, le bureau exécutif de l’Unacois dirigé par Idy Thiam, est en négociations avec l’Etat, afin qu’il revienne à de meilleurs sentiments. Mais aussi, nous n’acceptons pas la fermeture des marchés à une semaine de la rentrée des classes », déclare-t-il, invitant ce même Etat de prendre les mesures nécessaires pour leur sécurité. « Parce que nous refusons d’’aller en grève. Bien au contraire, nous irons travailler jusqu’à nouvel ordre de l’Unacois ». Cette déclaration a eu lieu ce samedi 21 septembre dans les locaux de l’Unacois, en présence des délégués des autres marchés de la capitale du rail.

post

« Nous ne pouvons pas décréter une grève à une semaine de la rentrée des classe », dixit Thierno Ciss.

Le partage de l'info