...et sollicite la fixation de la date de l'élection dans les plus brefs délais.

M. Serigne Mboup, candidat à l'élection présidentielle, était de passage ce mercredi 21 février 2024 dans les locaux du Sam's Prestige où il était venu présenter son programme aux Thiessois. 
 
Le choix de la ville de Thiès n'est pas fortuit, d'après le maire de Kaolack, dans la mesure où cette ville regorge d'histoires tant dans le domaine de la politique que dans le domaine de l'économie. 
L'objet de sa présence était donc de présenter le programme de la coalition qu'il dirige et de lancer un appel aux acteurs économiques à voter pour lui, car il est vraiment temps que les Sénégalais rompent définitivement avec les politiciens de métier. 
Il invite donc les citoyens à privilégier le débat économique au détriment des débats politiques, étant donné qu'aujourd'hui, ce qui est visé dans le monde est la croissance économique. Et depuis les indépendances à aujourd'hui, le Sénégal n'arrive pas à se placer parmi les pays développés, alors que la plupart des pays qui ont été au même stade que nous durant cette période ont eu un niveau de développement très apprécié. 
Ce sont ces raisons qui justifient son choix de porter son électorat sur les acteurs économiques. 
Selon lui, ce sont les opérateurs économiques qui se battent pour les politiciens. La preuve, la plupart des détenus récemment libérés sont des commerçants, des maçons, des tailleurs, etc. Ils appellent ainsi ces personnes à faire bloc autour de lui dans l'espoir de conquérir le pouvoir, puisqu'il est temps que les commerçants et autres assurent la gestion de la cité. 
 
Évoquant la question du développement économique, il le considère comme l'un des piliers fondamentaux d'une république et des secteurs comme l'éducation, la santé ainsi que l'accès à l'emploi… les recouvrent. 
 
En outre, il s'engage à instaurer, une fois élu, les bases de la démocratie, ce qui permettra à tous les citoyens d'exercer librement ses choix politiques et d'émettre ses opinions sans être inquiété. 
 
Il est revenu aussi sur la récente décision du Conseil constitutionnel relative à l'abrogation du décret portant sur le report de l'élection présidentielle prise par le président de la République Macky Sall. Il se réjouit de la position prise par le président et lui demande de fixer le plus rapidement possible les élections présidentielles.
Il se démarque d'emblée de la position de certains candidats qui estiment qu'il y aura une violation de la Constitution si la date des élections est fixée au-delà du 2 avril. Pour lui, entre une telle situation et l'absence d'un Président, laquelle est plus désastreuse ? Il suggère au président de solliciter l'avis des 7 sages sur la question afin de trouver le plus rapidement possible une solution. 
 
Il se dit aussi ouvert au dialogue, mais à la condition que l'on organise d'abord les élections et après se concerte pour discuter des solutions face aux nombreuses difficultés que rencontre ce pays. 
 
Il ajoute que l'État pourrait même organiser les élections à la date du 25 février, car il n'y a pas lieu de prendre une autre date, étant donné que le Président avait fixé les élections à cette date dans un décret qui figure toujours dans notre ordonnancement juridique.

post

Il se dit aussi ouvert au dialogue, mais à la condition que l'on organise d'abord les élections et après se concerte pour discuter des solutions face aux nombreuses difficultés que rencontre ce pays.

Le partage de l'info