Imbus de l’éducation qui lui est dispensée, le mouvement national des Pionniers du Sénégal apparait clairement et depuis fort longtemps comme un lieu d’éducation digne d’intérêt de la part des collectivités publiques.

Il constitue un espace d’exercice des responsabilités, d’apprentissage de la vie collective et de la solidarité humaine. « Il est aussi ce creuset d’expression des compétences personnelles permettant de découvrir le plaisir d’être ensemble, de participer à des projets communs et de s’enrichir mutuellement ».

Aussi, foulard autour du cou, les Anciens Pionniers du Sénégal ont-ils choisi de se retrouver à Thiès pour remettre leur mouvement sur de bons rails. Des chants joyeux leur rappelant leur tendre jeunesse, ces anciens ont revisité l’histoire du mouvement pionnier et discuté des écueils qui leur ont causé bien des léthargies de près de 20 ans. Ils ont aussi discuté des voies et moyens de redynamiser le groupement.

Remontant l’histoire, l’ancien commissaire Gorgui Diallo a rappelé que le groupement a été mis en place pour servir de creuset et de retrouvailles, mais également pour contribuer à son développement et à son rayonnement. « Le groupe est la proposition spontanée faite aux personnes qui souhaitent garder un lien avec le mouvement des Pionniers ». Selon lui, ces retrouvailles de Thiès « sont cette idée active pour des hommes et des femmes qui souhaitent tisser et garder des liens pour assouvir les convictions ».

A Thiès, plusieurs objectifs ont été visés, à savoir déterminer les axes d’intervention de la structure, la mise sur pied des commissions chargées d’approfondir les orientations dégagées et élaborer une feuille de route pour la première année.( LITRE VIDEO).

post

Aussi, foulard autour du cou, les Anciens Pionniers du Sénégal ont-ils choisi de se retrouver à Thiès pour remettre leur mouvement sur de bons rails.

Le partage de l'info