Dans un document adressé à la bâtonnière de Paris, qu’Europe 1 a pu consulter, le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères indique signaler les agissements de l’avocat et activiste

post politique Juan Branco auprès du procureur de la République, lui reprochant d’avoir mis en danger des fonctionnaires français au Sénégal.
Un nouveau bras de fer judiciaire ? Le ministère des Affaires étrangères a décidé de porter plainte contre l'avocat Juan Branco. Rapide rappel des faits : à la suite des répressions des manifestations contre l’incarcération de l’opposant sénégalais Ousmane Sonko le 1er juin, son avocat, Juan Branco, a annoncé porter plainte pour crime contre l’humanité. Lors d'une conférence de presse le 22 juin, l'avocat accuse spécifiquement deux coopérants français en les citant par leur nom, avant de communiquer les données personnelles de l’un d’entre eux, comme son numéro de téléphone ou son matricule. Avec sa plainte, Juan Branco a également cité le nom de cinq autres agents.

Le ministère des Affaires étrangères demande que l’avocat soit rappelé à l’ordre
Dans deux tweets publiés quelques jours avant la conférence, les 11 et 13 juin, l’avocat avait déjà dénoncé de manière arbitraire une implication de ces deux coopérants français dans les violences au Sénégal, qu’il qualifiait de crimes contre l’humanité. Il avait donc appelé à révéler leurs identités. Dans le second tweet, Juan Branco avait annoncé avoir identifié tous les militaires français intégrés au commandement de la gendarmerie sénégalaise, soulignant un prétendu rôle de la France dans la répression des violences. C'est pour ces propos que le Quai d'Orsay est monté au créneau. Selon les informations d'Europe 1, le ministère de l'Europe et des Affaires étrangères demande que l’avocat soit rappelé à l’ordre. Le ministère a déclaré porter plainte en application de l’article 40 (ndlr : l’article selon lequel tout autorité ou fonctionnaire est contraint de signaler un crime ou un délit dont il a la connaissance).

"La France porte plainte contre moi. Mon pays. Mon peuple. Ma patrie. Pourquoi ? Pour avoir révélé la commission de crimes contre l'humanité", s'est défendu dans un tweet Juan Branco à la suite de la plainte du ministère. "Le Quai d'Orsay ne les a jamais dénoncés. Nous ne céderons à aucune intimidation. Pour qu'ailleurs, on puisse continuer à se dire : oui, il y a en France, encore, des êtres qui ont du courage, des valeurs, un rapport à l'honneur, à l'intégrité, et à la dignité. Pour que notre pays ne puisse être humilié, et encore une fois, rabaissé parce que certains êtres auront décidé de le souiller.

post

l’avocat avait déjà dénoncé de manière arbitraire une implication de ces deux coopérants français dans les violences au Sénégal, qu’il qualifiait de crimes contre l’humanité.

Le partage de l'info