Venue présider les travaux au nom de Mme le ministre de l’Économie numérique et des Télécommunications, la directrice de la promotion de l'économie numérique et du partenariat, Mme Bitilokho Ndiaye, ...

La direction générale du groupe la Poste est sensible à la question du «genre» dans une société. C’est pourquoi, après avoir créé une cellule genre au sein du groupe, elle a initié une formation au profit de son Top management. Il s’agit d’un séminaire de formation d’un jour sur le thème «l’intégration du genre dans le secteur postal» qui s'est ouvert ce mardi 13 octobre 2020, à la direction générale de la Poste, sise à Dakar.
Trois modules dispensés aux participants

Au cours de cet atelier, plusieurs modules sur le thème ont été développés aux participants, à savoir : «quel est l'intérêt de travailler sur la question genre ?» ; «comprendre les enjeux de l’égalité» et enfin, «nécessité d’intégrer le genre dans le sous-secteur de la Poste (sa valeur ajoutée)».

Création d'une cellule genre au niveau du groupe de la Poste, «une première pour les sociétés nationales»

Venue présider les travaux au nom de Mme le ministre de l’Économie numérique et des Télécommunications, la directrice de la promotion de l'économie numérique et du partenariat, Mme Bitilokho Ndiaye, par ailleurs, coordonnatrice par intérim de la cellule genre audit ministère, a souligné l'importance pour le groupe la Poste de «prendre en compte les questions de genre dans ses mécanismes d’intervention».
Pour elle, le groupe a «très tôt pris en charge la question du genre en mettant en place une cellule genre». Laquelle, selon elle, est «une première pour les sociétés nationales».

«Production de valeur ajoutée dans les sociétés diversifiées»

La directrice de la promotion de l'économie numérique et du partenariat soutient que le genre est «une question d'équité, de droits humains, et si nous voulons qu’aujourd’hui les bénéfices à la nation puissent arriver à toutes les composantes de la société, il est essentiel de prendre en compte les points de vue aussi bien des hommes que des femmes dans la mise en œuvre des politiques ; et à la suite aussi les bénéfices engrangés dans cette dynamique économique soient partagés de manière inclusive avec toutes les composantes de la société».
A en croire Mme Bitilokho Ndiaye, «l’intégration du genre dans une société peut produire de la valeur ajoutée parce que, les sociétés qui sont diversifiées sont beaucoup plus productives».

«Une dynamique de donner sens et corps à la politique genre»

Le représentant du Directeur général du groupe la Poste, Chérif Baldé, et secrétaire général de la Poste, pour sa part, a soutenu que cette formation s’inscrit dans «une dynamique de donner sens et corps à la politique genre initiée par le gouvernement du Sénégal». Selon lui, la question «genre est une réalité au niveau de la Poste et constitue un enjeu stratégique» pour le groupe. Car, renseigne-t-il, l’actuel Directeur général, Abdoulaye Bibi Baldé, «depuis sa prise de fonction, a créé une cellule genre au niveau du groupe la Poste et il l’a rattachée directement à lui-même». D'où la nécessité, pour la Poste, de donner la main à la tutelle afin de donner sens à cette question «genre».

post

Venue présider les travaux au nom de Mme le ministre de l’Économie numérique et des Télécommunications, la directrice de la promotion de l'économie numérique et du partenariat, Mme Bitilokho Ndiaye...

SENEWEB