Le centre d’appui à la formation professionnelle en souffrance è Thiès. Installé dans la cité du rail suite au programme de formation des groupements de femmes avec la coopération allemande, cette structure d’excellence est logée dans une maison conventionnée dans le quartier dit Carrière

(Thiès-Ouest).
Madické Ndiaye formateur en sociologie était le porte-parole du jour face à la presse pour lister les maux qui gangrènent leur école. « Notre ministre de tutelle n’a aucune considération pour le CENAFP de Thiès. Parce que depuis que nous avons reçu une notification pour quitter les lieux, il n’a pas réagi. Mieux, il avait effectué une visite de travail à Thiès, sans pour autant venir s’enquérir de la situation. Nous avons informé l’inspecteur d’académie de Thiès et l’inspecteur de l’éducation et de la formation de Thiès Ville qui sont venus et ont fait le nécessaire. Mais le dossier reste bloqué entre le ministère de l’urbanisme et la direction du patrimoine bâti de l’Etat. Aujourd’hui cette maison qui accueille l’école n’a que deux chambres et un salon que nous avons transformé en salle de cours pour plus de 100 élèves et un personnel enseignant et administratif qui dépasse 20 personnes. Nous avons même transformés les cours à l’extérieur pour en faire des abris provisoires. Nous partageons une toilette avec les pensionnaires. Nous sommes des patriotes et nous ne voulons pas faire de marches de protestation. Mais nous interpellons le ministre Dame Diop de prendre notre problème à bras le corps pour une solution rapide. Car, il n’est pas concevable que nous enseignions dans des abris provisoires en plein centre-ville, surtout que l’école fait d’excellents résultats avec un taux de 100% de réussite au Certificat d’aptitude professionnelle », avance-t-il.

post

Le centre d’appui à la formation professionnelle en souffrance è Thiès. Installé dans la cité du rail suite au programme de formation des groupements de femmes avec la coopération allemande....

Le partage de l'info