Suite à la sortie du juge Dème sur le foncier, les maires de la cité du rail crachent du feu sur lui.

Pour le maire de Thiès-Nord, Lamine Diallo et ces collègues, « il est écrit qu’une personne attributaire d’une parcelle qui ne la valorise pas après deux ans d’attribution, l’administration procède immédiatement à la désaffectation. Ce sont bel et bien des politiciens bien identifiés qui étaient demandeurs de parcelles. Non servis, ils se transforment en donneurs de leçons. Nous nous sentons diffamés car il est trop facile de se lever et porter des accusations sur d’honnêtes citoyens. Il dit que la Cour suprême sera saisie, nous aussi nous n’écartons rien pour laver notre honneur », avertit le maire de Thiès Nord.

Ses collègues des deux autres communes, à savoir Pape Bassirou Diop, (Thiès-Est) et de Thiès-Ouest (Aliou Sow) s’en prennent directement à l’ancien magistrat devenu. « Le juge Dème est un gars qui se croit intelligent et qui est pris dans son propre piège. Il démissionne de l’administration et les conséquences sont désastreuses pour lui. Il veut se faire un nom en politique en portant des accusations gratuites sans fondement », lance Lamine Diallo qui a fait un rappel sur la procédure de désaffectation et de réaffectation, pour dire : « nous sommes dans une ville organisée et il y a une commission compétente sur le foncier et dirigée par le maire de Ville, Talla Sylla. Depuis que nous sommes à la tête des trois communes, il n’y a pas eu de lotissement. Donc comment le juge Dème peut-il parler de bradage foncier ? Il (juge Dème) affirme que des parcelles ont été affectées. Mais malheureusement, ces parcelles n’ont pas été valorisées. Donc une désaffectation a été faite. Ce qui veut dire que la procédure légale a été suivie par la commission. Donc il n’y a rien d’illégal à cela », a-t-il expliqué.

post

Suite à la sortie du juge Dème sur le foncier, les maires de la cité du rail crachent du feu sur lui.

Le partage de l'info