L’un des huit candidats à l’élection présidentielle du 20 août 2023 a été assassiné par un tueur à gages, le mercredi 9 août au soir au nord de Quito.

post Ancien président de la commission de contrôle du Parlement d’où il dénonçait la corruption de membre de l’ancien régime de Rafael Correa, Fernando Villavicencio avait récemment accusé le cartel de Sinaloa et des adversaires politiques de chercher à le tuer.

post

Suite à cet assassinat, l'état d'urgence a été déclaré dans le pays mais la date de l'élection a été maintenue.

Le Partage de l'info