« Notre ambition est de faire de l’Itecom la première université africaine », souligne le directeur général Mamadou Gningue

post Née de la volonté d’enseignants dévoués à contribuer dans la formation de l’élite sénégalaise, le groupe Itecom a été créé en 2001 et d continue d’occuper une place de leader au sein de l’enseignement supérieur et la formation professionnelle sur toute l’étendue du territoire national. Sous l’égide de l’Institut technique de commerce, dans son programme dénommé « Cadior », une conférence a été tenue ce vendredi 16 aout 2019 à la chambre de commerce de Thiès, Un prétexte pour les acteurs, d’échanger avec des enseignants chercheurs qui évoluent dans diverses universités du monde. Une conférence dont le thème « la didactique transversale des cultures à travers l'écrit et l'écran : l'exemple d’Ousmane Sembène », a été animé par Pape Mody Sy, Enseignant au Conseil Scolaire à Hamilton au Canada.

Elle a réuni plusieurs enseignants et d’étudiants pour une transmission de connaissance. Pour le directeur Mamadou Gningue, l’institut compte aujourd’hui près de 3000 étudiants et élèves. « C’est un plaisir pour nous de présenter Itecom qui va fêter son 20ème anniversaire très bientôt ». D’autre part, il a mis en exergue bien des réalisations de plusieurs aspects liés à l’enseignement supérieur et la formation professionnelle. « « Notre parcours est satisfaisant en termes de résultats. Dans les acquis, 12 de nos diplômes sont accrédités par la Conférence Africaine et Malgache pour l’Enseignement Supérieur. L’Itecom est aussi membre titulaire de l’Agence universitaire africaine (L’Auf). Nous sommes aussi membre du CAMES qui nous a accrédité 14 de nos diplômes. Sur les performances nous sommes aussi élevés au grade d’officier des Palmes académiques du CAMES, des collègues enseignants de l’Itecom et moi ».

Il a ajouté qu’à travers sa personne, Itecom siège à l’Autorité nationale d’assurance qualité de l’enseignement supérieur qui organise l’ensemble des accréditations du Sénégal. « Notre ambition est de faire de l’Itecom la première université africaine ». Mamadou Gningue est revenu sur l’épine dorsale de l’enseignement supérieur et professionnel « due à la dette que l’Etat du Sénégal nous doit dans le cadre du programme d’orientation des bacheliers dans les universités privées du Sénégal ». Cette initiative née de la volonté de Mamadou Gningue et des professionnels du secteur, au terme de leur rencontre avec le chef de l’Etat en 2013, pour mettre fin aux bacheliers non orientés du fait que l’UCAD, ne pouvait plus recevoir d’étudiants au regard de sa population qui avait grimpé à hauteur de près de 60.000 étudiants.

« Le président Macky Sall avait accepté notre proposition de donner la chance à ces milliers d’étudiants de bénéficier d’enseignements de qualité avec leur orientation dans des filières relatives à la logistique, à l’électromécanique, aux sciences de l’ingénieure, entre autres. Mais nous sommes déçus de constater que depuis deux ans, ce même Etat n’a pas honoré ses engagements ». Poursuivant, Mamadou Gningue se dit sidéré d’entendre « le ministre dire qu’ils ont payé 41 milliards en sept ans. C’est une somme dérisoire quand on sait que nous avons accepté de prendre un étudiant pour 400000 Fcfa par an en lieu et place de 800.000 Fcfa par an. Alors, comprenez bien que nous sommes livrés à nous-mêmes ». (VOIR VIDEO)

post

« Notre ambition est de faire de l’Itecom la première université africaine », souligne le directeur général Mamadou Gningue

Le partage de l'info