Francophonie économique, 50 ans après la belle idée lancée le 11 mai 1973 par les présidents Senghor (Sénégal ),Houphouët-Boigny et Pompidou. Reportage.

post Plus de 500 chefs d’entreprise et hommes d’affaires réunis au Palais des Congrès de la capitale béninoise pour multiplier rencontres et partenariats d’affaires. Et donner ainsi corps enfin à la Francophonie économique, 50 ans après la belle idée lancée le 11 mai 1973 par les présidents Senghor, Houphouët-Boigny et Pompidou. Reportage.
.
Ils sont venus, ils sont tous là ! À l’invitation de la CCI (Chambre du Commerce et d’Industrie) du Bénin, que préside Arnaud Akakpo, de nombreux chefs d’entreprise se retrouvent pour participer aux trois événements économiques majeurs qui se succèdent toute cette semaine à Cotonou.
Au sein du Palais des Congrès – comme flambant neuf, car entièrement rénové – sur l’avenue Jean-Paul II de la capitale béninoise, se déroulent successivement en effet du 9 au 12 mai la 47e Assemblée générale de la CPCCAF (Conférence permanente des Chambres consulaires africaines et francophones), sous la présidence de Christophe Eken, les Rencontres d’Affaires Africaines et Francophones (RAFA) ainsi que les Rencontres Archipelago, qui sont un « programme européen » de projets communs et concrets avec un certain nombre de pays d’Afrique de l’Ouest et d’Afrique Centrale. Tous les principaux réalisateurs du programme Archipelago recevront d’ailleurs dès le premier soir une « Attestation » en guise de reconnaissance du travail accompli.
Trois événements concomitants regroupant au final les représentants de 130 Chambres consulaires de plus d’une trentaine de pays (dont 25 en Afrique) et pas moins de 500 chefs d’entreprise venus de France comme de toute l’Afrique pour nouer des partenariats et parler affaires. Autant dire que Cotonou, qui avait à juste titre jadis la réputation d’être le « quartier latin de l’Afrique », est devenue pour cette semaine l’incontournable « capitale africaine » des affaires.
Lors de la cérémonie d’ouverture, mardi matin, les présidents de tous ces organismes ont tous pris la parole à tour de rôle pour se féliciter de ces multiples rencontres d’affaires et dire leur joie de se retrouver en terre béninoise avec un seul objectif : faire avancer bien des projets concrets et ambitieux participant à l’économie et au développement du Continent.
.
« Forte mobilisation des participants »
.
Le Président de la CPCCAF, Christophe Eken, qui est par ailleurs Président de la CCI du Cameroun, salue ainsi les efforts consentis par l’institution consulaire du Bénin pour la réussite de l’événement. « La forte mobilisation des participants, observe-t-il dès le premier jour, témoigne d’un véritable engagement à contribuer à l’essor économique de l’Afrique francophone ».

Le Président de la CCI du Bénin, Arnauld Akakpo, se félicite quant à lui de toutes ces initiatives et souligne « l’importance de faire ici, à Cotonou, du réseautage » et se garde bien de parler de « networking ». Un réseautage qui sera assurément source de belles rencontres et, à terme, de nouvelles affaires bénéfiques aux entreprises du pays, comme de toute la sous-région.
D’où la présence à Cotonou des présidents des CCI de nombreuses régions françaises, comme Paris, Bordeaux, Marseille ou les Pays de la Loire déjà engagées et fort actives depuis plusieurs années dans des coopérations avec des pays comme le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, la Guinée Conakry, le Mali, la Mauritanie, le Sénégal, le Tchad ou le Togo.
.
« Vive la Francophonie économique ! »
.
En ce 50e anniversaire, un hommage solennel est d’ailleurs rendu d’emblée aux trois chefs d’État visionnaires qui ont créé la CPCCAF le 11 mai 1973 : à savoir les Présidents Léopold Sedar Senghor du Sénégal, Félix Houphouët-Boigny de Côte d’Ivoire et le Français Georges Pompidou, il y a tout juste 50 ans !
Une date anniversaire dignement célébrée mercredi soir lors d’une réception offerte par l’ambassadeur de France à Cotonou, Marc Vizy, soulignant que « leur bébé est toujours vivant » et a même grandi en sagesse et en efficacité.
Et le Président Eken d’assurer : « La CPCCAF est le fer de lance de la francophonie économique » car nous avons pour ambition de « relever tous les défis économiques et sociaux » auxquels l’Afrique francophone doit aujourd’hui faire face. Voilà une mission clairement définie.
« C’est une lapalissade de dire que le développement économique d’un pays ne peut se faire sans le concours du secteur privé », observe pour sa part avec malice M.Abdoulaye Bio Tchane, Ministre d’État chargé du Plan et du Développement, en disant bien entendu la « fierté du Bénin » d’accueillir autant de beau monde et d’investisseurs qui s’intéressent à ce petit mais dynamique pays d’Afrique. Mais il en profite aussi pour inviter le secteur privé à « sortir de sa zone de confort » et à « prendre un peu plus de risque ».
Les mots sont soigneusement pesés mais portent bien au-delà des frontières du pays, car l’entrée en vigueur – certes jusqu’à présent encore laborieuse – de la ZLECAF (Zone de libre-échange commerciale en Afrique) peut devenir demain un formidable accélérateur d’affaires et d’échanges Sud-Sud, transformant la réalité économique et les pratiques commerciales africaines.
« Depuis l’avènement du Président Patrice Talon en 2016, le Bénin est devenu une terre d’opportunités » pour les hommes d’affaires, se plaît à souligner quant à elle Mme Shadiya Assouman, la jeune Ministre de l’Industrie et du Commerce, dont le dynamisme n’échappe à personne, en déclarant « ouvertes » toutes ces différentes Rencontres.
Avant de conclure sa courte intervention par ses mots plein d’espoir qu’elle adresse à la salle comme un ordre de mission, ou plus exactement une feuille de route, pour toutes ces rencontres fructueuses et les semaines à venir : « Vive la Francophonie économique ! ».
C’est une ambition qui, à Cotonou comme dans une grande partie de l’Afrique, a visiblement de beaux jours devant elle, si on lui donne vraiment corps et, bien sûr, quelques moyens.
.

Les personnalités du panel et quelques autres ayant participé à notre VIIIe Conférence des Ambassadeurs Africains de Paris (de gauche à droite sur le photo) : S. E. M. Alaa YOUSSEF, Ambassadeur d’ÉGYPTE ; M. Alfred MIGNOT, Président AfricaPresse.Paris, concepteur et modérateur des CMAAP ; S. E. M. François NKULIKIYIMFURA, Ambassadeur du RWANDA ; Mme Lucia PETRY, Présidente de BPL Global France ; M. É tienne GIROS, Président du Cian ; Mme Læticia BALOU, Présidente de LB Global Consulting ; S. E. M. Ayed Mousseid YAHYA, Ambassadeur de DJIBOUTI ; M. Zied LOUKIL, Associé Mazars France ; S. E. M. Vijayen VALAYDON, Ambassadeur de MAURICE ; M. Emmanuel PEZÉ, Vice-Président Afrique et Moyen Orient de TINUBU.
.

post

Plus de 500 chefs d’entreprise et hommes d’affaires réunis au Palais des Congrès de la capitale béninoise pour multiplier rencontres et partenariats d’affaires.

LE PARTAGE DE L'INFO & AFRICAPRESSE.PARIS