Le projet de dallage du tronçon « Ravitaillement – poste transformateur » tant attendu par la population de Diakhao fait partie des programmes d’accompagnement de l’Etat vers des territoires viables porteurs de développement.

post Dès lors il faut rapidement, en s’appuyant sur des éléments factuels, rétablir la vérité et édifier la population sur les agissements politiciens
La population de Diakhao, dans le cadre de la participation citoyenne et du contrôle citoyen doit être suffisamment informée pour qu’elle sache que ce projet de dallage est l’aboutissement d’une lutte énergique au sein du conseil municipal, pour aboutir, de guerre lasse, à ce projet de substitution préalablement prévu sur la route des cimetières et qui a été pris en charge par le projet PROMOVILLE.
Restons donc vigilants devant les pratiques politiciennes qui cherchent mordicus à revendiquer la paternité des investissements de l’Etat acquis de haute lutte dans le cadre d’une démarche inclusive et participative.
Je saisis donc cette opportunité que m’offre le démarrage de ce chantier pour vous informer davantage du projet PACASEN qui a assuré le financement de cette opération.
En effet, le Projet d’Appui aux Communes et aux Agglomérations du Sénégal (PACASEN (2018 – 2021) et une déclinaison du programme d’opérationnalisation de l’acte 3 de la Décentralisation (PROACTSEN) qui vise le renforcement des capacités de gouvernance des collectivités territoriales avec comme thème transversal : la promotion de la participation citoyenne, il couvre 123 communes et villes pilotes.
Au-delà des 123 communes et villes pilotes, le PACASEN aura un impact positif pour l’ensemble des collectivités territoriales du Sénégal, notamment par :
- l’augmentation et la prévisibilité des ressources de transfert
l’amélioration de la mobilisation des ressources liées à la fiscalité locale :
- l’opérationnalisation de la participation citoyenne
Le budget prévisionnel du PACASEN est de 260 millions de dollars US (110 M USD de la Banque mondiale - 90 M USD de Agence française de Développement – 60 M USD de l’Etat Sénégal) soit environ 130 milliards de Francs CFA
L’enveloppe actuellement mobilisée s’élève à 25% des besoins en financement du PROACTSEN.
A noter que d’autres partenaires techniques et financiers comme la BID, Lux Dev et la BAD expriment leur intérêt à contribuer à l’exécution du PACASEN.
Le Fonds d’équipement des collectivités territoriales (FECL) rénové sera le véhicule financier du PACASEN : le Guichet n° 2 (Dotation conditionnelle) sera ainsi le réceptacle des financements des partenaires techniques et financiers (PTF)
Les financements du PACASEN dédiés aux CT pilotes abonderont le FECL rénové, à travers le Guichet 2 avec deux sous-guichets :
- le sous-guichet « dotation liée aux Conditions Minimales Obligatoires (CMO) » pour les 123 CT pilotes, et ;
- le sous-guichet destiné aux « dotations liées aux Indicateurs de Performance (IdP) » pour 19 CT pilotes parmi les 123 CT pilotes. Ces 19 CT concernent les 5 Villes, 12 capitales régionales, les communes de Touba et de Mbour.
Concernant les modalités d’évaluation mises en place par l’Etat du Sénégal, on peut citer :
- Le dispositif de coaching territorial Continu (CTC) (ADM/ARD) appuiera les communes et les villes pilotes dans la préparation des Évaluations de Performance Annuelle (EPA) sur l’atteinte des CMO et des IdP ;
- Les Evaluations de Performance Annuelle seront transmises à la Direction des Collectivités territoriales (DCT), au plus tard le 31 décembre de chaque année, pour vérification et consolidation des documents ;
- Avec l’assistance d’une firme indépendante, la Chambre des Collectivités territoriales de la Cour des Comptes effectuera ensuite des vérifications indépendantes des Evaluation de Performances Annuelles (EPA) consolidées des CL.
Enfin, la stratégie de promotion de la participation citoyenne ((jamais opérationnelle au niveau de Thiès Nord) se fera au niveau local par :
- La tenue des débats d’orientation budgétaire sur une base participative y compris mise à la disposition du public du bilan d’exécution budgétaire ;
- L’incitation à la tenue de réunions publiques pour la présentation et discussion des plans / programmes d’investissement municipaux ;
- Le renforcement des mécanismes de gestion des plaintes / doléances;
- Et la publication des délibérations des conseils municipaux via divers moyens de communication (affichage, valorisation des NTIC, etc.).

post

Monsieur Ababacar DANY BOYE
Coordonnateur de la Plateforme de
Développement Local.
(PDL – NJERINOU ASKAN WI)

Le partage de l'info