Lors de sa visite en Algérie, la rapporteuse spéciale des Nations unies sur la situation des défenseurs des droits de l’homme Mary Lawlor a exhorté le gouvernement algérien à libérer

post « tous les défenseurs des droits emprisonnés pour l’exercice de leur liberté d’expression, d’opinion et d’association ». Onze organisations des droits de l’homme ont emboîté le pas appelant à libérer les militants emprisonnés, à abroger les lois liberticides et à protéger les organisations de la société civile,

post

rapporte Rfi.

Le Partage de l'info