L’aéroport international Dakar Blaise Diagne a vu son trafic chuter de 52%.

post De janvier à novembre 2020, en raison de la Covid-19 qui a paralysé les opérations pendant 4 mois. La plateforme sénégalaise, qui termine sa 3e année de service, a traité près de 2,5 millions de passagers en 2019.

Jusqu'à la fin novembre 2020, l’aéroport international Dakar Blaise Diagne n’a accueilli que 48% du trafic enregistré l’année dernière. C’est le constat dressé par le gestionnaire de l’aéroport LAS (Limak-Aibd-Summa) le lundi 7 décembre, en marge de la célébration du troisième anniversaire de l’infrastructure.

Cette chute du nombre de passagers est bien sûr la conséquence de la pandémie de Covid-19, qui a entraîné la suspension des vols réguliers sur la plateforme, entre fin mars et mi-juillet (à la réouverture des frontières aériennes).

Malgré cette baisse de 52% du trafic, LAS a tout de même assuré à 100% ses charges, et ce avec la participation de tout le personnel qui a consenti a des efforts financiers. « C’est difficile, mais nous nous estimons heureux, car de nombreux aéroports n’ont pas atteint ce niveau de trafic […] Le personnel est engagé et fidèle à son aéroport. Nous avons demandé des efforts à nos agents comme les réductions de salaires et de train de vie pour faire des économies », confie Xavier Mary, le directeur général de LAS.

Avant la crise, la plateforme certifiée ISO 9001v2015 affichait pourtant une croissance positive de son trafic. En 2019, l’aéroport de Dakar Blaise Diagne a enregistré 2,49 millions passagers (+5,93% hors transit).

En dépit de l’incertitude qui règne sur la reprise totale du transport aérien à travers le monde, le gestionnaire aéroportuaire se veut optimiste. D’ailleurs, un nouveau salon VIP baptisé « Hayoma » a été inauguré ce lundi. Pour maintenir la qualité de service, il est prévu l’amélioration continue de la fluidité dans l’aérogare, l’ouverture d’un nouveau point de restauration rapide à l’embarquement, d’un autre salon VIP dans la zone arrivée, la construction d’une centrale solaire et d’autres projets environnementaux.

post

Avant la crise, la plateforme certifiée ISO 9001v2015 affichait pourtant une croissance positive de son trafic

Finance et Economie