"La Chine risque de revenir en force et nous risquons d'être de simples consommateurs ", estime l’économiste Mansour Mbodj après son analyse de la situation liée au Coronavirus

post Mansour Mbodj, économiste de formation, est le directeur exécutif de la Plateforme de collecte livraison et recyclage (Colier). Il est également un ancien banquier de la Cbao nanti d’un parcours dans un autre cabinet de communication orienté vers le développement local  avec une démarche participative. Dans l'entretien qu'il a accordé à la rédaction d’Actuthies, il soutient que les Africains doivent davantage se préparer sur ce qui se passe actuellement dans  le monde

Quelle appréciation faites-vous de la situation avec la Chloroquine sur le cas Coronavirus ?

Le chloroquine est une molécule qui est tombée dans le domaine public dont tout le monde a le droit de le fabriquer. Ce qui constitue une perte sèche pour les laboratoires pharmaceutiques qui pouvaient se faire des milliards de dollars, s'ils parvenaient à trouver un vaccin ou quelque chose. Le président américain Donald Trump, l'homme le plus renseigné au monde n'allait pas commander 10 millions de doses si cela n'était pas efficace. le Maroc vient de confisquer tout le stock et même au Sénégal l'Etat à fait pareil.

Alors comment vous justifiez vos propos ?

Combien de personnes meurent chaque année de la malaria qui tue plus que toute autre maladie, mais cela n'intéresse personne. Car cette maladie ne sévit que dans une bande du monde et 90 % en Afrique. L'Europe a sa grippe. Ce qui veut dire que nous devons nous préparer, tout en tirant avantage et non copier ou ne s'attendre qu'au pire.

Sérieusement, si les effets étaient les mêmes, pourquoi à ce stade on ne parle pas de centaines de morts, comme ce fut le cas avec Ebola ? Et je parle de toute l'Afrique. Ce virus peut bien se répandre dans la population, mais notre système de défense immunitaire s’est mieux adapté avec des souches similaires, d'où cette forme de résistance qui ne provoque que quelques malaises et sensations mineures.

Dans son dernier mot, Mansour Mbodj invite es uns et les autres au travail. Car, estime-t-il, la Chine risque de revenir en force et nous risquons d'être de simples consommateurs, par devenir leurs employés dans notre propre pays, voire tout le continent. La Chine est en train de refaire la route de la soie en construisant le chemin de fer de l'Est à l'Ouest de l'Afrique, pour piller toutes nos ressources et alimenter son marché.

post

« La Chine risque de revenir en force et nous risquons d'être de simples consommateurs », estime l’économiste Mansour Mbodj après son analyse de la situation liée au Coronavirus

Le partage de l'info